mercredi 19 septembre 2018

Toujours rien

Ou pas grand chose.

Mary Beth a plusieurs plages de travail dans la journée, nous restons à la maison. C'est l'été, le farniente. Je passe d'une chaise longue à la cave pour faire une lessive. J'étends la lessive sur la terrasse et je rejoins la chaise longue.

Nous allons à la plage avec Hisako. Baignade, sieste sur le sable, pas d'appareil photo, la flemme...

Je fais une tarte aux pommes. Miam.



mardi 18 septembre 2018

Marché de Provence et plage

Après le petit déjeuner, nous allons au marché de Giens. C'est à deux pas de chez nous, mais nous traînons tellement que lorsque nous arrivons, les marchands commencent à remballer. Nous faisons néanmoins quelques achats. Il nous manque un peu de fromage pour une recette, je m'arrête devant un fromager. Il est tout d'abord sympathique et chaleureux, il devient assez vite lourd et limite vulgaire. Nous comprenons qu'il est italien d'origine, il est également un bon camelot. Je ne voulais qu'un petit bout de Gruyère, il n'a que de l'Appenzeller comme fromage suisse. Pas du tout la même chose. Il nous fait goûter un morceau de fromage de chèvre et force la main pour m'en vendre. Je me laisse faire, il est drôlement bon, ce petit chèvre.

Puis je choisis Comté et il m'en met un gros morceau. Je résiste un peu trop mollement, il refuse de m'en donner moins. Puis il nous fait goûter un excellent jambon cru. Il faut dire que ses produits sont excellents. Il va pour me refiler encore autre chose, mais là, je suis plus ferme pour dire non.

Il fait son show devant son stand après avoir compris que nous venons d'un peu partout et que trois d'entre nous ne parlent qu'anglais. Il veut une photo avec Mary Beth et là, il est franchement épais. Au moment de l'addition, je râle. Il y en a pour plus de cinquante euros. Je ne me gêne pas pour le lui dire. Gentiment, mais tout de même.

Encore une fois, il y a une nuance à voir entre quelqu'un de chaleureux et respectueux et un beauf qui en fait un peu trop.







Nous rentrons faire un truc que nous faisons généralement très bien : rien!

Nous partons à la plage vers 15h, il souffle un Mistral un peu plus vif que l'autre jour, la baignade paraît plus fraîche. Une fois dans l'eau, c'est un délice.

Ce soir, c'est Hisako qui cuisine.




Riz (camarguais) frit

...et jambon. Délicieux!



Ce soir encore, camaïeu de bleus et roses pour un coucher de soleil.












lundi 17 septembre 2018

Lundi pas au soleil

Plusieurs jours que Mary Beth voudrait se faire faire les ongles, il nous manque quelques denrées essentielles comme du pain et des oeufs et Moishe a besoin d'un pressing. C'est donc vers le centre commercial Géant Casino que nous nous dirigeons.

Le salon de coiffure est prêt à prendre Mary Beth dans cinq minutes, elle s'installe sur un fauteuil pendant que j'accompagne Moishe à l'autre bout du centre pour traduire ses demandes à la préposée du pressing. Je reçois un WhatsApp de Mary Beth : come back. (Reviens). Elle a besoin de moi pour dire à la coiffeuse ce qu'elle veut.

Ensuite, c'est chez Orange que nous allons, car Moishe a un problème avec sa carte Sim achetée en ligne qui ne semble pas enregistrée. Malgré son amour pour les Etats-Unis et son ignorance de la langue, le jeune qui nous répond ne peut faire mieux que de nous mettre sur la liste d'attente pour voir un expert à l'un des trois comptoirs déjà occupés. Il enverra un sms quand ce sera son tour, nous pouvons vaquer. Ça tombe bien, j'ai besoin d'un café.

Nous nous installons les trois et je passe la commande pour tous. Je commence à avoir la langue qui fourche entre le vocabulaire français et anglais.

Avant

Après

Super réussi

Maintenant, les ongles. Par chance, il y a de la place. Pas tout à fait les quatre ensemble — Moishe a décidé de se faire faire aussi une manucure et une pédicure «Quoi faire d'autre en vous attendant?» —

Encore un bon moment de rire et de joie. Seule Sarah, l'une des trois manucurantes — ça se dit? Ben non, manucure me dit Madame Dictionnaire; comme le soin — l'une des trois manucures, donc, qui s'occupe de nous parle un peu d'anglais, je vous laisse donc imaginer l'ambiance sur ce bar à ongles au milieu du centre commercial. Un bon moment.


Hisako choisit deux couleurs flashy qui lui vont super bien







Nous finissons vers 16h30, il est temps de rentrer, Moishe a un rendez-vous professionnel en ligne à 17h. Je me disais deux choses: la première c'est qu'un job qui peut se faire pendant un voyage, c'est cool. La seconde c'est que c'est un comble de venir sur la Côte d'Azur pour passer la journée dans un centre commercial!

Mary Beth en plein travail

On s'en fout, nos extrémités sont belles. Des âges que je ne m'étais pas fait les ongles des mains, j'ai l'impression d'avoir à nouveau 20 ans. Je crois que je vais continuer... C'est super agréable de s'occuper de soi!

Nous rentrons. Après avoir posé la voiture, Hisako et moi retournons au village à pied pour aller chercher le pain que nous avons réservé ce matin ainsi qu'une Tropézienne. Le village de Giens domine la plage, la vue est superbe. Nous passons devant la place du marché, il aura lieu demain. 







Mary Beth nous concocte un plat de pâtes à se relever la nuit tellement c'est bon. 

Bref, encore une belle journée. 











dimanche 16 septembre 2018

La plage de Giens

Aujourd'hui, plage.

L'eau est à 25°C, l'air à 28°C, la plage est magnifique, que demander de plus?







Au retour, le ciel nous offre un petit spectacle de nuages


Ce soir, je mijote un boeuf Stroganov avec des nouilles. Nous avons ouvert une bouteille de champagne pour célébrer la mise en ligne de la nouvelle plateforme internet de Moishe, très fier de lui. Il nous fait une démonstration en nous soulignant les avantages de son travail et c'est là qu'on se rend compte qu'une application intuitive et pratique qui paraît évidente et devoir être un standard minimum pour l'utilisateur requiert souvent plusieurs années de mise au point.

Le champagne est amplement mérité.



Hisako en sous-chef émérite


Et la fin de la journée est saluée par un coucher de soleil apothéotique (Si! Ça se dit!)










samedi 15 septembre 2018

Presqu'île de Giens, Hyères

Petit tour du propriétaire. Cette maison appartient à un Danois qui gère la location à distance. Elle est superbe, la vue sur la mer est divine. Nous sommes censés disposer de 4 chambres mais ne trouvons pas la quatrième. Elle est attenante au garage. Spacieuse, disposant d'une salle de bain personnelle mais donnant sur le chemin d'accès et la haie séparant du voisin. Le garage est un gros foutoir, pas très propre, personne n'a envie d'occuper cette chambre. Nous décidons de partager une chambre à deux lits avec Hisako. Nous ne trouvons pas certains objets, la climatisation marche mal. Hier soir, nous ne l'avons pas remarqué, mais ce matin, l'eau n'est pas chaude et au moment de la douche, c'est la mauvaise surprise.

Nous contactons le propriétaire qui répond dans l'heure. Il fait venir un électricien qui répare en début d'après-midi: le relais dans le tableau électrique a grillé, il faut le changer. J'en profite pour lui signaler que la maison n'a pas été nettoyée. La gazière était manifestement encore sale du dernier repas. Il dit qu'il va avoir «une sérieuse conversation» avec la personne qui s'occupe du nettoyage et nous remercie de lui signaler tout cela, tout en s'excusant. Oui, bien sûr, nous pouvons remplacer la cafetière qui est cassée, il la remboursera. Le freezer remplit de glace retient également son attention et se pose des questions sur la considération des derniers hôtes.

Ambiance totalement différente d'avec Muriel. Les tracasseries sont du même ordre, c'est pourtant avec bon coeur que nous donnons un coup de nettoyage pour rendre notre séjour agréable. J'ai un coup de coeur pour cette bâtisse.


Giens, route de la Madrague


















Lime tree 





Nous partons au supermarché, il nous faut faire le plein. Je ne choisis pas le bon surpermarché, il est trop petit, coincé en ville, et il semble qu'une fois de plus, le hasard nous fasse tourner un rond un moment avant d'atteindre notre but. Comme s'il fallait passer par là pour une raison ou une autre...

Nous faisons une razzia dans les rayons. Le magasin porte bien son nom, il est géant. Nous marchons quelques kilomètres pour tout trouver et retourner chercher ce qui nous manque- — oui, bon, j'exagère peut-être un peu...